Après les championnats du monde de Paris (21-25 novembre 2012), marqués par la fuite de 4 combattants sénégalais, le karatéka Abdoulaye Diop dénonce les fédéraux. Le médaillé d’Or des  jeux Africains 2012 (+84 kg), basé en France, se prononce sur les pratiques de la Fédération, les dessous du séjour des athlètes sénégalais en France et sur Ndoumbé Fall, la seule arbitre africaine au niveau mondial. .( (Publié dans Tout Le Sport (TLS , Sénégal) )

Recueillis par Gaëlle YOMI

ABLAYE___4_

 

La Fédération : «Le président m’avait exclu de la sélection au profit d’un de ses protégés»

«Je reproche à la Fédération  son comportement depuis le début de la préparation pour les championnats du monde. L’organisation a été floue, rien de clair n’a été dit aux combattants. Vu tout ce qui s’est passé durant ces mondiaux, les fédéraux se doivent de répondre. Mais ils gardent le silence. Moi-même, j’ai  révélé que le président de la Fédération, Mamadou Sarr, m’avait exclu arbitrairement de la sélection au profit d’un de ses protégés du Duc. Pourquoi il ne réagit pas ? Il veut jouer la montre et laisser couler cette histoire parce que le karaté  n’est pas très médiatisé. J’ai des preuves audio à propos de mon éviction. Des accusations du Dtn et de l’entraîneur national, Me Dame Ndao, qui disent clairement que c’est le président qui a pris cette décision tout seul. Pour le coach, j’étais très en forme. J’ai parlé avec Lahat Cissé, le jeune qui a eu le meilleur parcours sénégalais à ces mondiaux (3victoires, Ndlr), il ne faisait pas partie officiellement de la délégation sénégalaise. La sélection n’avait même pas de matériel pour s’entraîner pendant la compétition ici à Paris. Cela montre l’incompétence de la fédération.»

Les fuyards : «Ils dormaient à trois dans une chambre et mangeaient midi et soir des Kebabs»

«J’étais proche des combattants. Je m’entraînais avec l’équipe ici à Paris car l’entraîneur ne parvenait pas à me donner une position claire sur mon cas. Figurez-vous que pendant trois jours on était ensemble et le soir je n’avais pas où dormir. Le président ne s’était pas occupé à temps des chambres d’hôtels. Arrivée à Paris, toute la délégation sénégalaise s’est retrouvée dehors un bon bout de temps. C’est grave pour une sélection. C’est de l’amateurisme. Le Karaté sénégalais avait dépassé ce stade. Honnêtement, je comprends la décision de ceux qui ont pris la fuite. Savez vous que les athlètes qui devaient combattre le lendemain sortaient jusqu’à 23 h pour aller acheter des cartes téléphoniques au président. Ça veut dire que nos responsables ne pensaient pas à nos résultats. Les athlètes dormaient à trois dans une chambre et mangeaient midi et soir des Kebabs.  

Le cas Ndoumbé Fall : «C’est de la méchanceté et de la jalousie»

«Mardi, j’ai appris quelque chose d’extrêmement grave. Le président de la Fédération a envoyé un courrier à l’instance mondiale pour qu’on écarte l’arbitre Ndoumbé Fall. C’est la seule arbitre africaine au niveau mondial. Il veut qu’on lui retire ce poste là. J’ai une copie du courrier. Le président de la Fédération mondiale dit qu’elle est exclue selon l’article 10.10 et  précise que c’est sous demande de Mamadou Sarr. Il a dit que Ndoumbé a posé des actes contre la Fédération. Qu’elle ne fait plus partie de la Fédération. C’est de la méchanceté et de la jalousie. Ndoumbé était une fierté pour l’Afrique. Je pense qu’il est temps que cette Fédération démissionne, elle a montré ses limites. Les combattants sont contre ce président, sur les réseaux sociaux ils s’expriment. Ce qui est triste, c’est que l'entraîneur fasse le bouclier et menace les athlètes qui veulent exprimer leur mécontentement.»

 

Réaction de Mamadou Sarr,  président de la Fédé : «Chacun doit rester à sa place»

Mamadou_Sarr

Face aux accusations d’Abdoulaye Diop, le président de la Fédération sénégalaise de Karaté, Mamadou Sarr, promet de sortir de sa réserve d’ici samedi. « Tout ce que je sais d’Abdoulaye Diop c’est que c’est un combattant et chacun doit rester à sa place. Je ne veux pas m’épancher dans la presse avant d’avoir tenu une réunion avec mon comité directeur. Nous tiendrons cette réunion samedi 9 décembre et je verrai comment organiser une conférence de presse. Tout sera claire après cette réunion.»