Le débat du jour se penche sur la bataille de leadership qui secoue actuellement à la fédération sénégalaise de Karaté. Les acteurs donnent leur avis sur le potentiel du président intérimaire Yatma Lô.(Publié dans Tout Le Sport)

Gaëlle YOMI

 

Jolof-basket Sensei Yatma Lo

Depuis la réunion du comité directeur du  8 décembre dernier, Yatma Lô  est président par intérim de la fédération sénégalaise de Karaté. Une nomination survenue dans des conditions particulières en l’absence du président, Mamadou Sarr, élu en début 2011. Ce dernier, à qui 5 des 7 membres du bureau fédéral ont demandé de démissionner, avait préféré lever la séance.  Laissant derrière lui des membres du Cd, qui lui reprochent une gestion solitaire et la mise à l’écart de l’arbitre fédérale Ndoumbé Fall, et déterminés à en finir avec lui. Les fédéraux ont alors jeté leur dévolu sur son deuxième vice-président, Yatma Lô. Un choix qui met au duel, Mamadou Sarr, le président sortant, et Yatma Lô, le président intérimaire. Les deux hommes revendiquent aujourd’hui la légitimé du poste de président. Avant l’Assemblée générale de mars 2013, le débat anime le quotidien des Karatékas. Le mardi 11 décembre dernier, le  ministère des Sports a pour sa part instruit le Comité National Olympique et Sportif Sénégalais (Cnoss) de régler au plus vite cette situation. Ce qui est loin d’être fait pour le moment.

Yatma Lô a-t-il les épaules assez solides pour porter cette fédération en tumulte ?  Dans le milieu, il est crayonné comme un homme du sérail, ayant fait ses classes sur les tatamis et au sein de plusieurs bureaux fédéraux. Sous l’ère de l’ancien président, Souleymane Gaye, il se consacrait plus au rôle de chargé de communication. Ce qui ne l’a pas empêché d’être élu deuxième vice-président lors de l’Ag de 2011 qui a emporté l’un de ses «mentors». D’ailleurs, d’après certaines confidences, si Yatma Lô s’est jeté  à l’eau, c’était pour rester proche des affaires, une fois son partenaire, Souleymane Gaye, mis sur la touche. Ceinture noire et 7e dan de Karaté, il n’envisageait pas la présidence avant 2015. Le scénario actuel plaide-t-il  en  sa faveur ? Est-ce un  intérim prématuré ? Est-il l’homme de la situation ? Le débat est ouvert.

 

 

Les spécialistes

 

Mamadou Lamine Cissé (Trésorier de la fédération)

«Il a l’expérience qu’il faut »

«Je serai assez bref car je suis en plein embarquement, je prends l’avion pour  le Cap-Vert  pour une mission fédérale. Premièrement, conformément à nos textes, il est tout à fait légitime dans son rôle de président intérimaire. Les textes ont été respectés. Pour ce qui est de son potentiel, il ne fait pas de doute qu’il est capable de gérer la fédération. Il a l’expérience qu’il faut puisqu’ayant été Secrétaire Général du tout premier bureau fédéral. De même, dans l’actuel bureau, il occupait le poste de 2e vice-président.  Il peut bien assumer cette fonction. C’est vrai qu’on lui a confié temporairement les rênes mais d’ici l’assemblée générale tout sera tiré au clair.»

 

Balla Tall (Membre du Comité Directeur)

«L’essentiel, c’est la progression du karaté»

«L’actuel président (Mamadou Sarr) est là depuis à peine 9 mois. Il faut savoir que Mamadou Sarr est arrivé à un moment où les gens ne l’attendaient pas. Son élection a été une surprise pour plusieurs. Il a remplacé Souleymane Gaye qui était en poste depuis 10 ans et l’a battu d’une voix seulement. Sarr avait commencé un travail très apprécié. Je lui reproche juste le fait d’avoir pris certaines décisions sans impliquer une majeure partie du bureau ou du Cd. Mais c’est quelqu’un qui était prêt à travailler pour le Karaté. Yatma Lô de son côté a passé plus de 30 ans dans le Karaté. En plus, il a côtoyé d’autres fédérations. C’est un homme issu du mouvement associatif. J’ai pris part au vote du Cd, je sais pour qui j’ai voté. Je ne dirai pas si j’ai voté pour ou contre. Toujours est-il que Sarr est animé de bonnes intensions. Même Yatma Lô a eu à louer les qualités du président Sarr. Va-t-il rester, va-t-il partir ? Plus on subit, mieux on devrait apprendre. L’essentiel, c’est la progression de notre discipline.»

 

Samba Issa Boussou (président de la ligue de Dakar)

«Tout le monde peut diriger»

«La fédération a des textes et il faut qu’ils soient appliqués. En tant que membre du Cd, je conseille que les textes soient appliqués. Lors de la réunion du Cd, je m’étais retiré et  n’ai pas pris part au vote. Alors, je ne saurais me prononcer sur l’élection de Yatma Lô comme président par intérim. Le problème n’est pas de savoir s’il est capable d’assumer cette responsabilité. Tout le monde peut diriger. Le problème est ailleurs. Je recommande le dialogue afin que les gens gèrent cette situation dans le calme.»

 

Souleymane Bâ Diallo (Membre du Comité Directeur)

«L’homme qu’il faut » 

«Il y a un adage qui dit : «Le singe ne volera jamais, il n’a que la bougeotte ». Je suis ancien capitaine de l’équipe du Sénégal, je vous assure qu’il n’y a pas photo entre Yatma Lô et Mamadou Sarr. Ce n’est pas pour rien que les membres du Comité Directeur lui ont accordé leur soutien, de même que les ligues. Lui, il peut bien gérer les affaires. C’est l’homme qu’il faut.»