Le 8 mars 2014, le Horoya FC a créée la surprise en se qualifiant pour les 8e de finales de la Ligue Africaine des Champions aux dépens du Raja de Casablanca. Un scenario qu’Antonio Souaré, président du club guinéen avait vu venir dès décembre 2013 lors de son passage à Dakar. Dans cet entretien, il dévoile les projets de son club qui semble avoir les moyens de ses ambitions.

Recueillis par Gaëlle YOMI

 

calb8979antonio_AF_jpg

 

Président Antonio, pourquoi avoir choisi Amara Traoré comme nouveau coach du Horoya?

Amara que je l’ai connu en tant que joueur et entraîneur. J’ai pensé que quelqu’un qui est venu en Guinée en deuxième partie de saison où l’As Kaloum était relégable et qu’en 11 matchs il soit parvenu à hisser l’équipe à la 3e place, est bon. Selon moi, les gens n’ont pas bien apprécié le bilan d’Amara. J’ai discuté avec lui quand il m’a dit qu’il a rompu son contrat. Je lui ai présenté mon projet. Il a été séduit et a accepté de travailler avec nous à cause du projet sportif et non à cause de l’argent.

Quels sont les axes de ce projet sportif car sur le plan africain l’Horoya n’est pas encore un grand club ?

Nous étions un grand club. Comme toutes les grandes formations il y a des moments où l’équipe disparaît. Il ne faut pas oublier qu’en 1978 l’Horoya a été champion de la Coupe de la Caf. Nous sommes 11 fois champions de Guinée. Nous avons fait une étude sur 4 ans pour que le club retrouve sa place sur l’échiquier africain. Dans ce projet il y a la création du centre de formation. Nous avons acheté un terrain de 11 hectares depuis 1 an et demi. Il sera semi-opérationnel très bientôt. Nous avons l’académie sport-étude, nous avons sport-loisirs et l’équipe professionnelle avec 5 terrains. Un terrain a gazon naturel, 2 synthétiques, 1 sur terre battu, 1 pour foot salle (basket et hand). On a vu que plusieurs de nos footballeurs n’avaient pas fait des études. Il faut que nos joueurs soient formés à la base. Ce sera un centre panafricain. Il sera ouvert à toutes les équipes nationales. Avant juin 2014 tout sera fini.

Sur le plan africain vous affrontez les mauritaniens du FC Nouadhibou, au premier tour éliminatoire de la ligue des champions. Quel est l’objectif immédiat ?

Avec Amara nous avons signé un contrat d’objectifs. Je suis un président pragmatique. Je veux être minimum à la phase des poules.

 

Pourquoi la phase des poules ?

AntonioSouare

Parce que je veux faire quelque chose pour le football guinéen. Cet à dire changer l’indice du foot guinéen. En atteignant la phase des poules on gagne une place de plus pour notre championnat. Sur le plan national conserver notre titre qu’on détient depuis trois ans. Nous sommes également vainqueurs de la coupe nationale et des deux supers coupes. Tous ces titres il faut les conserver pour embellir notre mussée.

Le recrutement à-t-il suivi pour atteindre ces ambitions ?

 Oui (il se répète). J’ai bâti une équipe panafricaine. J’ai pris des joueurs formés dans les centres afin qu’ils transmettent leur savoir à ceux du pays. Nous avons 2 ivoiriens, 1 Camerounais, 2 Burkinabés, 2 sénégalais dont Khadim Ndiaye le gardien en équipe A sénégalaise. Nous avons 8 étrangers pour un effectif de 35 joueurs. On joue contre les mauritaniens si Dieu nous aide on passe la Mauritanie, on jouera probablement le Raja de Casablanca. Nous souhaitons rencontrer le Raja parce que ça sera le match du siècle. J’ai dis tout dernièrement au président du Raja que si je les rencontre cette année je les élimine. Je ne dis pas une autre année. Le foot c’est une question de chance à l’instant T.

Quel est le budget de cette année ?

 5 milliards de franc Guinéen (500 Millions de Fcfa). Ça c’est uniquement pour le championnat. Pour l’Afrique on a deux sponsors qui ont donnée 7 Milliards de Franc guinéen (700 millions de Fcfa) pour la ligue des champions. Ils sont là pour nous appuyer davantage si on arrive en phase de poule. Mon métier est de démarcher les sponsors. J’ai organisé des grands matchs dans le monde. La ligue des champions africaine est la vitrine du sport africain.

Y a-t-il d’autres projets dans le viseur ?

Nous avons crée un chaine de radio et tv qui s’appelle SIXTV. Une chaine thématique de culture et sport. 70% sport et 30% culture avec ouverture sur le monde. Ce sera une chaine panafricaine. Nous serons sur le bouquet Canal+.