Fraîchement revenu des premiers Championnats d’Afrique de Viet Vo Doa, tenus en Algérie du 13 au 15 décembre 2012, Mamadou Diop a accepté de dresser le bilan de la participation sénégalaise. Dans son maillot bleu brodé à gauche de l’écusson Viet vo Dao, le Dtn adjoint de l’Association sénégalaise de la discipline se présente en homme satisfait.

Recueillis par Gaëlle YOMI

 

620438_3594990870357_1444622330_o

Que représentent pour vous  les 43 médailles glanées en Algérie par le Sénégal ?

Une grande fierté puisqu’on termine second, derrière l’Algérie. Ce pays a une longueur d’avance sur les autres nations africaines même s’il n’est arrivé dans la discipline qu’en 2001. Grâce au soutien des autorités, on progresse très rapidement. Pour nous, la 2e place est un excellent résultat au vue de nos petits moyens et de la faible préparation. Nous avons dû nous résoudre à partir avec un effectif de 6 personnes (4 garçons et 2 filles).  En Viet Vo Dao pour gagner un maximum de médailles, il faut une équipe de 8 à 10 personnes. L’Algérie a aligné 25 compétiteurs. Nos 43 médailles (2 en or, 28  en argent et 13 en bronze) ont été remportées dans 11 épreuves. 

Est-ce à dire que vous tirez un bilan positif de ces premiers championnats d’Afrique ?

Effectivement. Mais c’est un bilan positif à différents niveaux. Du point de vue de l’organisation et de la participation, nous avons été très bien traités. L’Algérie a fait preuve de professionnalisme. Il y a même eu une formation d’un expert international destinée aux juges africains.  Avec les six pays en lice, le Burkina, la Côte d’Ivoire, la Mauritanie, le Maroc, l’Algérie et le Sénégal, le niveau de la compétition était élevé.

Pendant combien temps avez-vous préparé la compétition ?

En un mois. Le regroupement était difficile. Notre équipe est composée d’élèves donc il fallait se regrouper exclusivement les week-ends. Les Algériens, eux, se préparent depuis 2011, après les championnats du monde au Vietnam. Pour notre association, c’était la première compétition internationale.

Dans quelles conditions êtes-vous allés en Algérie ?

Nous sommes une association très dynamique avec une soixantaine de clubs affiliés. Nous étions invités en tant que membre fondateur de la fédération africaine de Viet Vo Dao créée en janvier 2012 à Alger.

Qui a pris en charge votre participation ?

Grâce aux bonnes volontés nous avons pu trouver les moyens qu’il faut pour effectuer ce déplacement. C’est vrai que nous n’avons pas été mandatés par le ministère des Sports car nous sommes partis en tant qu’association membre de la fédération africaine qui est affiliée à la fédération mondiale. Nous sommes reconnus par ces deux instances. En tant que Sénégalais, nos médailles reviennent au Sénégal, si on peut dire.

A présent quels sont vos ambitions ?

Nous nous préparons pour les prochains championnats du monde qui auront lieu en juin 2013 en France. La fédération mondiale nous a adressé une invitation. Nous espérons avoir les moyens pour représenter  à nouveau le Sénégal.