L’annonce du décès hier mercredi 21 decembre 2012,  d’Alioune Badara Diagne a frappé de plein fouet la famille du basket. Les témoignages du milieu présentent un homme au grand cœur dévoué à son sport.(Publié dans Tout Le Sport, TLS)

 

pkoi-nga-wakh-lolou

En deuil depuis hier mercredi 21 décembre et le décès d’Alioune Badara Diagne, 61 ans, le milieu de la balle orange mettra du temps à sécher ses larmes. Car, la disparition de l’ancien président de la Fédération sénégalaise de basket-ball (Fsbb) et par ailleurs président de la Commission juridique de la Fédération internationale de basket (Fiba), qui a rendu l’âme au Caire où il participait au Congrès de la Fiba Afrique (18 au 22 novembre), est aussi brutale que cruelle. «Il a eu un malaise en pleine réunion mardi soir, raconte Mathieu Faye, membre de Fiba-Afrique, Alioune a été  emmené à l’hôpital  CLEOPATRA du Caire où  il a subi toutes les visites nécessaires. Ce matin (hier), quand nous  sommes allés nous enquérir de sa situation nous l’avons retrouvé sans vie dans sa chambre.» Une rumeur a couru dans Dakar qui soutenait qu’Alioune Badara Diagne n’a pas été conduit à l’hôpital après son malaise. «Je m’inscris en faux quant à la diffusion erronée de telles faussetés sur les conditions du décès de notre regretté Alioune, explique toujours Mathieu Faye, sous le coup de l’émotion. Je suis au Caire où  je m’occupe des démarches pour  le rapatriement de  son corps. Je voudrais au nom de la Fiba et à mon nom personnel, présenter mes sincères condoléances à la famille d’Alioune Badara Diagne, à sa femme et à ses enfants.»

Egalement président de la Zone 2, Diagne laisse ainsi un vide aussi bien sur le plan national qu’international.  A l’annonce de sa mort, le milieu du basket local s’est tout de suite senti orphelin de ce natif de Pout crayonné comme un homme au grand cœur, dévoué au basket et attaché à sa vie spirituelle. Aya Pouye, première vice-présidente de la Fsbb, est encore sous le choc. Incapable de s’exprimer au téléphone, elle laisse ce soin à Larry Guèye, son ancienne partenaire chez les «Lionnes». «Alioune était  un homme pieux. Je présente mes condoléances à tout le peuple sénégalais surtout à Aya Pouye. C’était son ami, déclare-t-elle au bout du fil. Il était un père pour nous tous de l’Asfo (Association des fonctionnaires).» Egalement sous le choc, Pape Diallo, permanent de la Fédération, déclare ne pas être en mesure de s’exprimer pour le moment. Atoumane Gaye le fera à sa place. L’homme a été le secrétaire général de la zone 2 durant le début du mandat d’Alioune Badara Diagne. «Alioune était un frère, témoigne-t-il. Si j’ai pu devenir commissaire Fiba Afrique, c’est grâce à ses précieux conseils. Mes pensées vont à sa brave femme, Tina Diagne. Le basket a perdu un grand homme et moi j’ai perdu un ami. Que la terre de Pout lui soit légère.»

Le programme des obsèques prévoit le rapatriement du corps ce jeudi à Dakar. Les membres de la Fédération internationale de basket (Fiba) seront du voyage de Dakar. La rédaction de «Tout Le Sport» se joint au monde du basket pour présenter ses condoléances à la famille éplorée.

 

 

Réaction : BABA TANDIA, président de la Fédération sénégalaise de basket-ball: «Nous étions complices»

«C’est un sentiment de tristesse qui m’anime. Je tiens au nom de la Fédération a adressé nos condoléances à la famille et à l’ancien ministre des Sports, Abdoulaye Makhtar Diop. C’est une grande perte pour le basket car il a énormément travaillé. Nous ne faisons que suivre ses traces. Il me disait : «Tandian, je te félicite parce que tu as su redorer le blason du basket. En tant qu’ancien président de la Fédération, je suis fier de toi parce que tu écoutes mes conseils.» Il y avait une grande complicité entre nous depuis un an et demi. A chaque réunion nous nous taquinions».

Profil : Alioune Badara Diagne : Des Finances aux parquets

Membre fondateur de l’Asfo (Association des fonctionnaires), Alioune Badara Diagne tire sa révérence après plus de 30 ans de bons et loyaux services dans le giron du basket sénégalais. Né en 1951 à Pout (54 km à l’Est de Dakar), c’est entre 1992 et 1993 qu’il fait ses armes dans le milieu de la balle orange «aux côtés du président de l’Asfo, Ibou Diagne», indique Ass Gaye, ancien président de la Fsbb. Toujours dans les années 90, un passage au Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud) en tant que Secrétaire général le rapproche encore plus des parquets car il sera un des principaux soutiens du Duc basket-club. En 2005, c’est la consécration quand il prend la tête de la Fédération sénégalaise de basket. Coopté par le ministre des Sports de l’époque, Youssouf Diagne, il reste aux commandes jusqu’en début 2008. Le milieu aime à se rappeler de son ouverture, de son intelligence et de son sens du combat. La conquête nationale acquise, Alioune Badara Diagne s’attaque à l’Afrique et devient président de la commission juridique de Fiba Afrique. En 2011, il s’ouvre les portes de la Zone 2. Sur le plan professionnel, cet administrateur civil de classe A de formation était fonctionnaire en service au ministère de l’Economie et des Finances. Au plan politique, connu pour son attachement au parti socialiste, Alioune Badara Diagne a été directeur de Cabinet du ministre des Sports de l’époque, Abdoulaye Makhtar Diop, après l’élection présidentielle de 1988. Il sera ensuite directeur général de Hlm. Il avait par ailleurs assumé les fonctions d’édile dans sa ville natale Pout. Il a également été récemment directeur de Cabinet du Maire de Pikine, Pape Sagna Mbaye. Il laisse derrière lui, une femme et deux enfants (une fille et un garçon).