La fédé et le ministère entérinent le choix du Radisson

 

Au terme de la réunion organisée mardi 24 mai 2011, entre la fédération et le ministère des Sports, pour trouver un consensus sur le lieu d'hébergement des «Lions », la tutelle s'est résignée à satisfaire aux exigences du staff technique qui a opté pour le Radisson Blu.

 augustin_senghor60838032

 

Depuis lundi 23 mai 2011, la polémique sur le site d'hébergement de l'équipe nationale est sur la table des responsables du football national. En optant pour le Radisson, comme nouvelle tanière, Amara Traoré et Cie ont pris à contrepied le ministère des Sports, qui pour une fois avait pris les devants en réservant à l'hôtel habituel de Ngor Diarama. La situation a donc provoqué la tenue d'une réunion au sommet, hier, entre les responsables de la fédération et le ministère des Sports. D'après une de nos sources, aucune position n'a été arrêtée lors de ce conclave. Toutefois, la tutelle consent à se plier à la volonté du staff technique. « Rien d'officiel n'a été retenu. Comme on dit, qui peut le moins, peut le plus. Le ministère fera tout pour satisfaire à la demande du staff », indique notre interlocuteur. Non sans manquer de rappeler que le luxe a un coup. «Pour nous c'est un non-événement. C'est juste que changer d'hôtel tout d'un coup...! Les dépenses passent du simple au double. Il n y a aucun problème entre la fédération et le ministère. Les responsables fédéraux tels que le président Senghor et Louis Lamotte sont des personnes pétris de talents », affirme-t-il. Pour le membre de l'équipe de Faustin Diatta, l'objectif est de préparer le match dans des bonnes conditions en vue de remporter le match contre le Cameroun. « Seuls quelques personnes veulent semer le désordre au sein de la fédération. Nous avons d'excellents rapports  avec les responsables?, avoue-t-il. L'avion présidentiel, mis à la disposition des « lions », effectuera deux rotations. « L'avion présidentiel compte 35 places. Le premier départ concernera l'équipe et le staff, le second les membres de la délégation ministérielle et fédérale », conclut-il.

Gaëlle YOMI