Basketteur et receveur de Ddd

Valeur sûre du National 1 depuis 2002, Malick Guèye Faye (1m97, 87 kg) allie depuis 6ans sa passion pour la balle orange et son métier de receveur à la société de transport Dakar Dem Dikk (Ddd). Les ambitions pleines la tête, il est déterminé à faire éclore tout son talent pour devenir pro.


IMG_6662
Après avoir fait les beaux jours de l'Ascc Bopp, l'ailier Malick Guèye Faye s'est engagé cette saison avec l'U.s Gorée. En quittant son club formateur, ce dernier n'a pas pour autant laissé son identité remarquable aux vestiaires. Ainsi, à l'heure de l'échauffement Malick arbore toujours un survête différent de celui de ses coéquipiers. Si à Bopp il était vert, à Gorée, le jeune homme s'est vite adapté et est passé au bleue des «Insulaires». Sur le parquet, le natif de Khomboll à Thiès pèse de tout son poids dans le jeu. Ce qui ne laisse pas indifférent son nouvel entraîneur. Aly Ngoné Niang, qui trouve que son protégé est bien intégré. « La venue de Malick Gaye Faye est d'un grand apport, il s'est bien intégré dans
l'effectif». La remarque de l'ancien «Lions» peu rassurer le joueur qu'il a fait le bon choix en quittant le mouvement navétane pour la balle orange. «J'ai démarré le basket à l'Ascc Bopp en petite catégorie. En 1999, je jouais en minime puis au fil des ans, je suis passé en  cadet, junior et sénior. Dans mon quartier on pratiquait le basket dans la rue et c'est devenu une passion. C'est ainsi  que j'ai laissé tombé le foot  où je jouais les navétanes en cadet», relate t-il assis dans les tribunes de Marius Ndiaye. Agée de 25 ans en mai prochain, Malick reste attaché à son club formateur. Ce samedi il est venu soutenir les Boppois qui joue le maintien dans l'élite. Combatif sur le terrain, sa soif de trophées l'a conduit à Gorée. «J'étais capitaine de Bopp mais nous sommes restés presque 3ans sans gagner. Je me suis dit  qu'il faut aller chercher ailleurs. Je suis venu à Gorée pour gagner quelque chose. Cette saison aucune équipe ne nous fait peur, nous on joue notre basket». Présent sur tout les tableaux avec des prestations constantes au fil des wee-kend, l' U.s Gorée est bien partie pour l'aider à réaliser ses ambitions.



*Le receveur*



IMG_6668

Sur son mètre 94, Malick se rappel avoir effectuer une entrée fracassante en catégorie Sénior. Sous la houlette de Chiekhou Diouf, il remporte toutes les 4 compétitions de l'année  en 2002.  Et pourtant ce ne fut pas facile de faire accepter son choix de basketteur à ses proches. «La raison est qu'au Sénégal le basket ne paie pas.  On joue juste pour le plaisir et c'est difficile de faire accepter ce choix. Toutefois, ma mère Naffisatou Ndiayema beaucoup soutenue», explique t-il. Pour joindre les deux bouts Malick Guèye travaille comme receveur à la société de transport Dakar Dem Dikk. «Je suis en rotation sur toutes les ligne de 6h à 12h. Je quitte Hlm5 à 5h. A 17h je suis en route pour les entraînements qui ont lieu du lundi au vendredi de 18h à 20h». C'est deux ans après avoir arrêté ses études en classe de première qu'il intègre  Ddd en 2005.





*Rêve de professionnalisme  *

IMG_6691

Ayant déjà remporté toutes les Coupes nationales, l'ailier de Gorée  vise désormais une sélection chez les «Lions». Les Jeux Africains de septembre sont dans son viseur. « Je rêve de jouer en équipe nationale et j'ai déjà eu le privilège de le faire en espoir (2004) et en Junior. Je compte vraiment participer à l'Afrobasket. Avant ca, je crois qu'aux jeux africains, on donnera la possibilité aux locaux de faire leur preuve. Je ferai tout pour y être». Malick Guèye estime qu'on ne donne pas assez de chance aux joueurs locaux en équipe nationale. Déplorant le manque de terrain pour jouer au basket, le fan de l'américain Dwayne Wade espère signer en Pro en France. «C'est compliqué de décrocher un contrat à l'étranger. J'ai eu des propositions pour les pays arabes mais je pense que la France est mieux. La Nba? On ne sait jamais!».
 Deuxième d'une famille de 6 enfants, Malick Guèye est un féru de rap sénégalais. Amateur de football, il suit avec attention les quatre
principaux championnats européens. «Mes équipes sont : Barcelone, Marseille, Bayern et Milan Ac. Je remercie tous mes entraîneurs qui ont contribué à mon évolution. Je pense entre autre à Matar Bow, Cheikhou Diouf, Ousmane Diallo».



                                                                                                                    Gaëlle YOMI