Les opérateurs de téléphonie harcèlent illégalement leurs abonnés

  

Comme à l'approche de chaque grand combat de lutte, la compagnie de téléphonie mobile associée à la confrontation Gris Bordeaux / Eumeu Sène, envoie des messages commerciaux à ses abonnées. Cette pratique qui se fait sans le consentement de ces derniers est une violation de la vie privée comme nous l'explique l’avocat  Demba Ciré Bathiely.

 

Eumeu_SENE_gris_BORDEAUX

 

Un matraquage communicationnel s'opère autour du choc de dimanche prochain entre Gris Bordeaux et Eumeu Sène. Ce combat revanche pour le lieutenant de l'écurie Boulfalé face au nouveau Tigre de Fass qui l'avait terrassé, fait saliver les férus de l'arène. Les annonceurs accompagnant la structure Gaston Production sont déterminés à tirer profit de cet engouement. Ainsi, depuis le week-end dernier les abonnés de la compagnie de téléphonie mobile associée à cet événement sont acculés de messages pour les pronostics. Une politique marketing qui n'est pas du coût de tout le monde. D'aucuns se plaignent du coût élevé du sms, d'autre de la réception de ces messages «non désirés».

Du point de vue juridique, la compagnie est bel et bien en infraction, comme nous l'explique Me Demba Ciré Bathiely. «Il y a atteinte à la vie privée car le contrat qui lie les deux parties concerne les prestations de services payés. La loi sur les données personnelles protège les abonnés de cette pratique en prévoyant des sanctions. En réalité,  il faut comprendre qu'il y a détournement d'informations. Les informations fournies doivent servir à recevoir des factures et non des messages commerciaux ou publicitaires », explique l'avocat au barreau de Dakar.

Les clients sont donc manipulés avec une certaines complicités des autorités : « Les sanctions contenues dans le chapeau de cette loi doivent être mise en application par la commission nationale informatique et liberté. Ce comité n'existe pas au Sénégal, même-ci le projet de loi  a déjà été voté», indique Me Demba Ciré.

L’avocat précise que la loi sur les données personnelles concerne également les adresses électroniques. En attendant que la commission  nationale informatique et liberté voit le jour, les abonnées peuvent rassembler les preuves et attendre  le moment opportun pour attaquer en justice.    

La loi n° 2008 – 12  sur la protection des données à caractère personnels a été adoptée, le 30 novembre 2007 par l’Assemblée nationale et  le 15 janvier 2008  par le Sénat.

 

Gaëlle YOMI